8bar KRZBERG

Publié le

Une petite vidéo comme j’aime, dynamique, rythmée… qui donne envie de sortir le vélo et d’affronter le mauvais temps…

Iceland, proven here

Publié le Mis à jour le

J’idéalise depuis fort longtemps cette grande île volcanique qu’est l’Islande, son âpreté, ce mélange de chaleur et de glace, de mousses et de geysers. Au point d’en faire ma destination « idéale ».
Au retour de mon voyage en Écosse, je me suis dit que finalement c’était déjà énorme, suffisant vu de ma région urbanisée et sans grandes surprises. Et que donc l’Islande pouvait attendre… Voir même que je pourrais probablement en faire l’impasse.

J’avais tord…

Vidéo: Chris Akrigg – The Water Cycle

Publié le Mis à jour le

Toute chaude sortie du four, voici la dernière vidéo de Chris Akrigg au pays de Galles…

Enjoy !

Bikepacking dans les Higlands… Jour 3

Publié le Mis à jour le

Le 3ième jour… Compliqué, ce 3ième jour. Plein d’imprévus…

Donc, après une bonne nuit de sommeil, seul dans mon « bothy », je pars vers le nord et Saint-Augustus. Pour ce faire, il me faut gravir une montagne. Je pars donc sur le chemin assez large et ponctué de passages de rivières. Au risque de me répéter, c’est magnifique. Les nuages viennent poser leur ombre mouvante sur les teintes ocres des montagnes.

Des engins de chantier, encore immobiles à cette heure matinale, ont remplacé les cervidés de la veille. Au fur et à mesure que je progresse, je constate que la neige est bien présente. Mieux, le sommet que j’aperçois au loin et que j’associe au tracé à suivre sur mon GPS est bien blanc…

Je sors la carte papier pour vérifier et, effectivement, le tracé en épingle et les lignes de niveau rapprochées me confirme que cela va être compliqué. N’ayant aucune connaissance de la neige en montagne, je décide d’aller jusqu’au bout pour juger l’épaisseur. ça tombe, il n’y a que 20 centimètres ou le chemin a été déneigé. Peut être…

Arrivé au pied du gros morceau de l’ascension, je passe un premier tas de neige. Puis un second. Mince, c’est profond. A chaque fois, l’effort est conséquent et progresser de 10 mètres est un casse tête. Je continue. Bon, la neige jusque la taille, c’est vraiment pas top… J’hésite à chaque pas.

Je ressors la carte et je constate qu’il y a encore une longue distance à parcourir une fois ce sommet franchit. Je n’ai aucune idée de l’enneigement de l’autre côté. Je peux prendre le risque de passer « à l’arrache » cette montagne. Mais après ?  Si c’était pareil … ou pire ?

Je décide de ne pas prendre de risque inconsidéré et je repars en sens inverse. Tant pis Je ressors la carte et me rends compte que je n’ai pas d’autre issue que de prendre la route. Re-belote, les rivières, le bothy, tous ces kilomètres parcourus la veille. C’est dur pour le moral !

Je prends donc l’option bitume en visant Inverness sur la côte est de l’Écosse. Le soleil fait son apparition, la température grimpe. Les paysages de montagne cèdent leur place à une campagne bucolique et ses agneaux nouveaux-nés.

Je fais une halte dans une boutique qui fait aussi salon de thé (et surtout de délicieux gâteaux). Je m’installe à côté du poêle. Bonheur🙂
Je complète ce moment parfait par un appel téléphonique à mon épouse. Re-:-)

J’enquille les kilomètres. La route se fait moins agréable et je longe une autoroute. Les habitations sont tristes. C’est de moins en moins plaisant. J’arrive enfin à Aviemore qui est une ville qui vit grâce au Glenmore Forest Park: restaurants, boutiques de sport, hôtels. C’est la foule.
Je m’avale un fish and chips et je prends un billet de train pour Dingwall afin de récupérer mon parcours plus au nord. Je préfère privilégier le vrai vtt pour ce voyage.

Après une longue correspondance à Inverness que je visite rapidement, j’arrive en fin de journée à Dingwall.
J’ai repéré sur ma carte un camping à Contin.
Il s’agit en fait d’une large pâture et il n’y a qu’un seul autre campeur, mais je pourrai au moins prendre une douche chaude et laver mes vêtements.
Les propriétaires sont sympa, on discute un peu, ils connaissent la côte d’Azur🙂
Je monte la tente à côté de la rivière, je fais ma lessive, mange un morceau et au dodo pour une nuit qui va s’avérer être glaciale (monter sa tente à côté d’une rivière n’aide pas non plus…)

Bref, une journée en demi-teinte. Beaucoup de temps perdu dans les transports mais je suis persuadé que c’était le meilleur choix.

Vidéo: Le Parpaillon avec le Paris Chill Racing

Publié le Mis à jour le

Bravo pour cette vidéo mixant archives sonores, images gopro, et photographies argentiques au Yashica T4 et un Zeiss Ikon 6×6. C’est original et ça renouvelle le genre.

FatBike sur les plages de Saint-Malo

Publié le Mis à jour le

Pas besoin d’un vélo artisanal à plusieurs milliers d’euros quand on a du talent et de la technique !
Au guidon de son On-One Fatty, Tom4 nous régale d’une petite vidéo marine sur les rochers de la côte bretonne…

Mudfoot Fundo One Hundo

Publié le Mis à jour le

100 miles dans les montagnes autour de Los Angeles, en gravel, en vtt, entre potes…

Une très belle vidéo qui restitue bien l’ambiance.